a-new-way-to-look-at-problems-the-gift-of-strugglesLe « laisser être » c’est l’acceptation inconditionnelle de ce qui est dans l’instant présent !

Bien que le terme de « lâcher prise » soit très largement utilisé actuellement, il semblerait qu’il y ait autour de ce concept beaucoup de malentendus et de connotations négatives.

Je lui préfère donc le terme de « Laisser être ».

Le concept de « Lâcher prise » semble aussi renforcer la croyance que nous avons le contrôle de notre destinée et que si nous n’avons pas la vie que nous rêvions, c’est que nous n’avons pas été en mesure de la créer.

Dans notre société et à l’ère du matérialisme triomphant, il est difficile de laisser la place à autre chose. Choisir de retrouver sa liberté implique d’abandonner beaucoup de certitudes.

Dans un environnement fonctionnant dans « la compétition », ce concept de « Lâcher-prise » est souvent perçu comme une véritable faiblesse ou parfois même comme un manque de volonté.

Or « lâcher prise » tout comme « laisser être » ne veut pas dire se résigner ou renoncer.

Au contraire, il s’agit d’accepter ce qui est, dans le moment présent, pour sortir d’une lutte perpétuelle.

Retrouver notre unité profonde ne veut pas dire sortir de la dualité, mais accepter cette dualité qui n’est rien d’autre que la manifestation de la vie.

benefitsofmindfulnessIl s’agit de développer, d’adopter une attitude de perception en plein-conscience pour évacuer les processus réducteurs de nos perceptions. (sélection, distorsion et généralisation).

Nous devons ainsi nous adapter à la réalité de la vie au lieu d’adapter la vie à notre réalité.

Pour ajouter de la conscience dans nos vies, nous devons laisser les choses être ce qu’elles sont puis, les laisser nous pénétrer.

Nous devons les ressentir, les vivre au lieu d’être continuellement en mode action/réaction.

Cela demande un effort soutenu pour sortir de nos illusions et avoir une perception « juste » de ce qu’est notre ressenti dans l’instant et la réalité de mon expérience.

La paix est notre véritable nature, la paix peut être le courant sous-jacent de notre vie quotidienne.

557967_10152145250864148_1004392910_nNotre désir de tout contrôler nous laisse à penser que nous pouvons influencer les événements et que notre volonté est plus forte que tout !

La tentation est alors grande de refuser le flux de la vie lorsqu’il n’est pas conforme à nos désirs.

Comment nier l’évidence ?

Plaisir et souffrance font parti de la nature du flux de la vie comme les deux faces d’une même pièce et ce flux change continuellement.

En refaisant le monde ou en imaginant pouvoir le créer tel que nous voudrions qu’il soit, nous naviguons du passé au futur sans  jamais être réellement présent à ce qui est.

Nous nous épuisons à vouloir tout maîtriser, comme un nageur qui lutte contre le courant.

Penser que la vie dois se conforter à nos désirs est un idéalisme de l’esprit.

magnificient-sunriseC’est rentre notre bonheur dépendant des circonstances extérieures et des personnes extérieures sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle.

La réalité de la vie est la même pour tout le monde, une alternance de plaisirs et de souffrances à des degrés différents et dans un ordre aléatoire.

Refuser ce principe, c’est s’engager dans une lutte sans fin et c’est s’exposer a de très nombreuses frustrations au risque de passer à coté des moments de bonheur qui se présentent quotidiennement à nous.

Le bonheur humain ne se trouve pas dans une accumulation sans fin de plaisirs, le bonheur humain se trouve dans l’attitude que nous adoptons face au flux de la vie (alternance de bonheur et de souffrances).

Sur le chemin de la vie, « laisser-être » est une attitude intérieure qui consiste à :

  • Créer un espace intérieur permettant de voir la vie dans sa globalité, dans sa réalité.
  • Abandonner l’idée de toute puissance et de maîtrise sur ce qui nous entoure
  • Accepter le monde, les autres et nous-mêmes comme tels, dans le moment présent.
  • Par une attitude de pleine conscience, développer la capacité à distinguer et à apprécier tous les petits moments de bonheur de l’instant présent.
  • Prendre conscience de notre résistance intérieure qui nie ou refuse ce qui est là
  • Observer comment notre mental juge et étiquette et arriver à défusionner d’avec ce mental, se désidentifier de nos pensées.
  • Accueillir la réalité présente, sans négativité émotionnelle
  • Accepter nos imperfections et nos limites
  • Concevoir que le pire puisse arriver et que mes actions ne sont pas l’unique facteur qui détermine le résultat. « Se désapproprier le résultat de nos actions. »
  • Devenir l’observateur conscient de sa vie pour en tirer un enseignement et réévaluer ce que nous pensions être vrai, toutes les croyances qui nous limitent.

En relâchant toutes nos résistances intérieures, nous libérons nos tensions physiques et permettons à l’énergie de circuler en nous.

Toute notre attention peut alors se focaliser sur les moyens que nous sommes capables de mettre en œuvre dans l’instant présent pour avancer dans une direction de vie choisie.

Nous sommes alors prêts à agir et non à réagir.

 

Je vous invite à faire du « laisser être » un exercice quotidien et vous propose cette citation de  à méditer :

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. » Marc Aurèle