Le processus dynamique d’une croyance

Imaginons un individu qui se croit incapable de faire quelque chose, d’atteindre un objectif.  Un homme qui se dit: «Je suis un perdant », par exemple.

S’il s’attend à échouer, va-t-il mobiliser toutes ses ressources ?

D’après Anthony Robbins « Pouvoir illimité »

Non, bien sûr.  Il s’est déjà convaincu qu’il ne savait rien faire.  Il a déjà signalé à son cerveau qu’il fallait s’attendre à un échec.

  • Ayant commencé ainsi, quelles mesures pratiques va-t-il prendre ?
  • Va-t-il avoir confiance en lui ?
  • Etre plein d’énergies, déterminés, convaincant?
  • Son état d’esprit va-t-il refléter ses possibilités réelles ?  C’est peu probable.
  • Si vous êtes convaincu que vous allez échouer, pourquoi faire le moindre effort ?

Si vous avez commencé une action avec un système de croyances qui fait ressortir ce que vous êtes incapable de faire, un système qui par conséquent ordonne à vos centres nerveux de réagir d’une certaine manière.

  • Vous avez capté une quantité limitée de vos ressources.
  • Vous avez pris des demi-mesures, sans conviction.
  • Quels effets escomptez-vous?
  • Tout porte à penser qu’ils seront désastreux.

Et quelle influence ces effets désastreux auront-ils sur vos croyances concernant vos entreprises futures?

Il y a tout à parier qu’ils renforceront les croyances négatives qui avaient amorcé le processus.i64572800._szw1280h1280_


bas-de-page-site