L’école de Palo Alto

Palo Alto est une petite ville située dans le sud de San Francisco, aux USA.

Cette petite ville californienne de Palo Alto fait penser aujourd’hui à la Silicon Valley et à la myriade de laboratoires où ont été mises au point des technologies informatiques, de la souris à l’imprimante laser.

A partir des années 60, il a surtout évoqué le Mental Research Institute (MRI),, un lieu palo-alto-heatingquelque peu magique où, dans l’effervescence théorique, se créaient de nouvelles manières, interactionnelles, d’approcher la pathologie mentale, s’inventaient la thérapie familiale et la «thérapie brève», se façonnaient des concepts («feed-back», «double bind»…) qui allaient entrer dans le vocabulaire de base des sciences humaines.

Il s’y est concentré un mouvement extrêmement dynamique de recherches en psychologie.

Aujourd’hui, en psychologie et psycho-sociologie, l’École de Palo-Alto est un courant de pensée et de recherche ayant pris le nom de la ville de Palo Alto en Californie.paloalto

L’une des grandes forces de l’École de Palo-Alto fut ce que l’on a appelé le collège invisible. En effet, constituée de personnes venant d’horizons différents, l’École de Palo-Alto s’est développée de manière totalement informelle.

La force de ce mode de fonctionnement résidant dans la souplesse qu’elle permit.

 ——————————————————–

Gregory-Bateson_511Gregory Bateson est un anthropologue, psychologue, épistémologue américain, né le mai 1904 à Grantchester en Grande-Bretagne et mort le 4 juillet 1980 à San Francisco.

Gregory Bateson était le fils du généticien William Bateson.
Influencé par la cybernétique, la théorie des groupes et celle des types logiques, il s’est beaucoup intéressé à la communication (humaine et animale), mais aussi aux fondements de la connaissance des phénomènes humains.

Il est à l’origine de ce que l’on appelle l’école de Palo Alto.

Opposée à la théorie freudienne, il s’agit de traiter les malades non plus suivant le schéma classique en psychanalyse (névrose/psychose) mais en travaillant sur les interactions « actuelles » du patient avec l’environnement. Les domaines de psychologie/psycho-sociologie abordés sont : la communication ; la proxémique ; les paradoxes ; relations à l’autorité etc.

En effet, au début des années 50 l’anthropologue Gregory Bateson, compagnon de Margaret Mead, développe avec Jay Haley, John Weakland et Donald Jackson – la théorie de la « double contrainte » (double bind) qui envisage la maladie mentale comme un mode d’adaptation à une structure pathologique des relations familiales.

Cette théorie provoque un bouleversement des conceptions psychiatriques traditionnelles et indx1contribue au développement de la thérapie familiale. Dans le but d’étudier les implications thérapeutiques de cette approche, Don Jackson fonde, en 1959, le (en) Mental Research Institute (MRI) à Palo Alto.

Paul Watzlawick, puis Richard Fisch, rejoignent le MRI et poursuivent les travaux du groupe Bateson. Ce dernier quitte Palo Alto en 1963 alors que Jay Haley et John Weakland viennent compléter les effectifs du MRI.

Pour Paul WATZLAWICK, ce que l’on appelle la réalité n’est que la résultante des compromis, détours et aveuglements réciproques, à travers quoi passe l’information: la somme des confusions, désinformations et communications qui surgissent entre être parlants.

 ——————————————————–

Paul-Watzlawick-DW-Kultur-Hamburg

 

Paul WATZLAWICK Né en 1921 en Autriche,

Doctorat de philo logie moderne et de philosophie à Venise en 1949 Professeur de psychothérapie à l’Université du Salvador (1957-60).

Chercheur au Mental Research institut de Palo Alto à partir de 1960 Enseignant à l’Université de Stanford depuis 1976

Docteur honoris causa des Universités de Liège et de Bordeaux.

Nous construisons le monde, alors que nous pensons le percevoir. Ce que nous appelons « réalité » (individuelle, sociale, idéologique) est une interprétation, construite par et à travers la communication. Un patient est donc enfermé dans une construction systématisée, qui

constitue son monde à lui. Dès lors la thérapie va consister à tenter de changer cette construction.

Paul WATZLAWICK est une figure de proue de l’Ecole de Palo Alto et promoteur de la nouvelle communication.

 ——————————————————–

« Ce n’est pas en premier lieu pour éclairer un passé inchangeable qu’on a recours à la psychothérapie, mais parce qu’on n’est pas satisfait de son présent et qu’on veut rendre meilleur son avenir. »

Milton ERICKSON

milton-ericksonPour Erickson, l’inconscient est un « réservoir lumineux », autrement dit une source inépuisable dans laquelle se trouvent toutes nos ressources intérieures. Il constitue un allié, détenant une véritable sagesse sur laquelle nous pouvons nous appuyer pour guider nos changements.

L’hypnose permet une actualisation naturelle de nos capacités latentes. C’est une force positive dans laquelle nous pouvons trouver des solutions pour résoudre nos problèmes.

creative-choice-in-hypnosis

Comme toutes les approches holistiques (globales), elle prend en compte chaque aspect de l’être humain.

L’hypnose est particulièrement efficace dans les problèmes d’anxiété, d’angoisse, de dépression, pour résoudre des traumatismes passés.

L’hypnose éricksonienne permet aussi de découvrir des désirs inconscients, de développer notre intuition et notre créativité, d’ouvrir sur des facultés intellectuelles nouvelles.

Atteint de poliomyélite à l’âge de 17 ans, est le créateur de l’hypnose ERICKSONIENNE.

Il a mis cette technique au point en luttant toute sa vie contre sa propre souffrance.

(1901-1980)


bas-de-page-site