Pervers Narcissique ou Manipulateur ?

perversOn parle beaucoup des manipulateurs et vous trouverez énormément de blogs traitant de ce sujet sur internet.

Le pervers narcissique souffre d’une pathologie mentale, c’est un psychopathe.

La question à se poser en cas de doute est :  Y a t-il une atteinte à mon intégrité morale ou physique ?

Il est généralement du ressort des psychiatres de poser un diagnostique sur l’état de santé mental d’une personne.

Les pervers narcissiques souffrent d’un trouble complexe de la personnalité et cette pathologie concerne autant les hommes que les femmes contrairement aux idées reçues.

Les chroniques judiciaires mettent trop souvent en évidence les erreurs d’ expertises psychologiques pratiquées par les professionnelles de la santé mentale.

Nous avons tous en mémoire les rapports d’expertises des psychiatres dans l’affaire D’OUTREAU où des innocents ont été accusés à tort.

De même, des psychiatres ont aussi fait sortir de prison des dangereux psychopathes en les croyant inoffensif.

Porter un diagnostique erroné sur une personne peut lui être fortement dommageable et l’étiquette de manipulateur est à mon avis trop souvent utilisée.

Mais,  il est dangereux de sous-estimer les pouvoirs de nuisance d’un réel pervers narcissique.

Les pervers narcissiques ne représenteraient que 2 à 3 % de la population, mais côtoyer l’un d’entre eux se révèle le plus souvent destructeur, voir dangereux.

Souvent difficiles à repérer, car ils sont généralement très intelligent et savent très bien dissimuler leurs perversions,  ce sont néanmoins des personnalités hautement toxiques, nuisibles et machiavélique.

Il faut donc faire la différence avec une personne qui a une tendance à la manipulation d’un réel pervers narcissique.

En tant que coach et pour avoir constaté que des personnes cumulaient les relations dans lesquelles elles occupaient régulièrement la place de victime, j’aimerais aussi accompagner la réflexion sur la question :

  •  Qu’est-ce qui nous rend manipulables ?

Le jeu psychologique est une forme de relation mise en œuvre pour manipuler la personne dont on souhaite obtenir quelque chose et chacun joue un rôle dans ce processus.

Ces jeux psychologiques ont été merveilleusement illustrés par Eric Berne, fondateur de l’analyse transactionnelle et par le triangle (dit de Karpman).

pervers 1Les avocats, les politiques, les publicitaires, les commerciaux, les mentalistes, les magiciens et généralement toutes les professions qui utilisent la communication avec un objectif de persuasion utilisent une certaine forme de manipulation.

Une grande majorité des parents utilisent la manipulation avec leurs enfants pour qu’ils obéissent ou pour qu’ils travaillent à l’école.

Une grande thérapeute américaine Génie Z. Laborde a écrit un livre dont le titre est « influencer avec intégrité » ou Frank Farrelly à créé la thérapie provocatrice qui est aussi une forme de manipulation.

Milton Erickson, créateur de l’hypnose qui porte son nom utilisait lui aussi la manipulation pour soulager ses patients.

L’autosuggestion d’Émile Couet est aussi une manipulation de l’esprit tout comme les placebos.

Il existe donc plusieurs formes de manipulation et avec des objectifs différents:

  1. Aider, soigner, déconditionner, éduquer…
  2. Influencer, vendre, faire adhérer, convaincre…
  3. Nuire, détruire, isoler…

Interrogez-vous sur les intentions de la pervers-narcissiquepersonne que vous soupçonnez de manipulation, alertez-vous si vous avez le sentiments d’être en danger, vous ou vos proches, portez une attention particulière aux conseils, aux remarques de votre entourage, communiquez sur vos doutes, votre ressenti, vos peurs, vos angoisses.

Le seul comportement à adopter face à un réel pervers narcissique est la fuite et souvenez vous que la manipulation altère profondément la personnalité du manipulé !!!

Ci-dessous, les caractéristiques qui différencient un réel manipulateur d’un autre individu.  Un manipulateur agit au moins selon une dizaine de caractéristiques parmi la liste.  Il agit de cette façon régulièrement.

Ne vous basez pas seulement sur un cas isolé pour déterminer si quelqu’un correspond aux critères.  Il faut que la personne reflète vraiment la caractéristique que vous lui attribuez.  Plus la personne se rapproche des 30 caractéristiques, plus sa tendance à la manipulation est forte.

Vrai

Faux

  • Il culpabilise les autres, au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle, etc.

o

o

  • Il reporte sa responsabilité sur les autres ou se démet de ses propres responsabilités.

o

o

  • Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et ses opinions.

o

o

  • Il répond très souvent de façon floue

o

o

  • Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations.

o

o

  • Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.

o

o

  • Il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils ne doivent jamais changer d’avis, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions.

o

o

  • Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge.
o

o

  • Il fait faire ses messages par autrui ou par des intermédiaires (téléphone au lieu du face à face, laisse des notes écrites).

o

o

  • Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner et peut provoquer la rupture d’un couple.

o

o

  • Il sait se placer en victime pour qu’on le plaigne (maladie exagérée, entourage « difficile », surcharge de travail, etc.)
o

o

  • Il ignore les demandes (même s’il dit s’en occuper).

o

o

  • Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins (notions d’humanité, de charité, racisme, « bonne » ou « mauvaise » mère, etc.)
o

o

  • Il menace de façon déguisée ou fait un chantage ouvert.
o

o

  • Il change carrément de sujet au cours d’une conversation.
o

o

  • Il évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion.

o

o

  • Il mise sur l’ignorance des autres et fait croire à sa supériorité.

o

o

  • Il ment.

o

o

  • Il prêche le faux pour savoir le vrai, déforme et interprète.
o

o

  • Il est égocentrique.
o

o

  • Il peut être jaloux même s’il est un parent ou un conjoint.
o

o

  • Il ne supporte pas la critique et nie les évidences.
o

o

  • Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.

o

o

  • Il utilise très souvent le dernier moment pour demander, ordonner ou faire agir autrui.

o

o

  • Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes, ses actes ou son mode de vie répond au schéma opposé.
o

o

  • Il utilise des flatteries pour nous plaire, fait des cadeaux ou se met soudain aux petits soins pour nous.

o

o

  • Il produit un état de malaise ou un sentiment de non-liberté (piège).
o

o

  • Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui.

o

o

  • Il nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas faites de notre propre gré

o

o

  • Il est constamment l’objet de discussions entre gens qui le connaissent, même s’il n’est pas là.
o

o

Répondez au questionnaire d’ Yvane Wiart, chercheuse au laboratoire de psychologie clinique à l’université Paris Descartes, auteur de Petites Violences ordinaires. La violence psychologique en famille (Le Courrier du livre). 

  • Vous sentez-vous détendu(e) et rassuré(e) en présence de votre conjoint ? Pouvez-vous être vous-même sans qu’il vous critique ou semble vous dévaloriser ?
  • Partage-t-il ses centres d’intérêt avec vous, et s’intéresse-t-il aux vôtres ?
  • Parle-t-il ouvertement et honnêtement de lui-même ?
  • Obtenez-vous le plus souvent tendresse, compréhension et soutien de sa part ?
  • Semble-t-il ne pas avoir les mêmes souvenirs des événements que vous, ni la même compréhension ?
  • Vous paraît-il régulièrement irrité ou en colère après vous ?
  • Refuse-t-il d’admettre qu’il est en colère quand c’est manifestement le cas, ou nie-t-il se réfugier dans le silence et l’absence de communication ?
  • Vous sentez-vous souvent perplexe et frustré(e) par ses réponses et ses réactions, comme si vous ne parliez pas le même langage ?
  • Vous sentez-vous souvent sur le qui-vive, dans un état d’alerte et de méfiance, en ne sachant trop quoi dire ni faire pour ne pas créer de problèmes ?
  • Vous arrive-t-il de cacher des choses banales pour éviter des réflexions désagréables ?

Si vous avez plusieurs réponses affirmatives aux questions 5 à 10, il est probable que vous soyez victime de violences psychologiques, l’arme des pervers narcissiques.

Une relation saine correspond à des réponses positives aux énoncés 1 à 4, et négatives aux autres.


bas-de-page-site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *