La quête du bonheur

Spinoza« Quand l’expérience m’eut appris que tous les événements ordinaires de la vie sont vains et futiles, voyant que tout ce qui était pour moi cause ou objet de crainte ne contenait rien de bon ni de mauvais en soi, mais dans la seule mesure où l’âme en était émue, je me décidai en fin de compte à rechercher s’il n’existait pas un bien véritable et qui pût se communiquer, quelque chose enfin dont la découverte et l’acquisition me procureraient pour l’éternité la jouissance d’une joie suprême et incessante. »

Spinoza : Préface au Traité de la réforme de l’entendement (1661)

  • Qu’est-ce qu’une vie réussie ?
  • Qu’est-ce qu’une belle vie ?
  • Le plaisir conduit-il au bonheur ?
  • Et dieu dans tous cela ?
  • Sommes-nous génétiquement programmés au bonheur ?
  • Le bonheur n’est-il pas subjectif ?
  • Peut-on être heureux dans un monde en souffrance ?

Le premier philosophe a avoir pointé le caractère universel du désir du bonheur est Aristote. Tout le monde veut être heureux, observe t’il, mais les hommes divergent sur les moyens d’y parvenir.

Pour chacun, le bonheur a une définition différente car chaque individu a une configuration différente.

Il est un peu illusoire de penser que vous trouverez le bonheur dans toutes les méthodes qui foisonnent actuellement sur internet.

De Siddhârta Gautama à Socrate, de Confucius à Lao Tseu, de Spinosa à Platon, de Montaigne à Épictète, de Marc Aurèle à Descartes, tous ces grands hommes se sont penchés sur le bonheur.

Ils ont consacré leurs vies à le définir, le comprendre, l’expérimenter, l’intégrer.

Du Taoïsme au bouddhisme, du soufisme au confucianisme, du stoïcisme au Jaïnisme, du christianisme au Sikhisme, du judaïsme à l’islam, tous ces grands  courants de pensés, religions ou philosophies nous donnent des indices, des conseils pour arriver à l’atteindre, à le trouver, à le vivre.

Aujourd’hui, il me semble arrogant de prétendre être en mesure d’accompagner vers le bonheur, de donner des conseils sur la façon d’y parvenir, de mener notre vie,  sans se référer aux enseignements, au travail qu’on effectué ces personnes depuis le Vᵉ siècle avant Jésus-Christ.

Tout a déjà été dit, il restait juste à synthétiser tout cet enseignement.

Pour tenter de répondre aux questions que vous vous posez sur le bonheur, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs.

Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident.
Où l’on traversera le jardin des plaisirs avec Épicure. Où l’on entendra résonner le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu. Où l’on croisera le sourire paisible du Bouddha et d’Épictète. Où l’on goûtera à la joie de Spinoza et d’Etty Hillesum.

Un cheminement vivant, ponctué d’exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre mieux.

Je souhaitais réellement partager cet ouvrage avec vous.

le bonheurFrédéric Lenoir nous propose une synthèse très pertinente de tout cet enseignement dans son livre  Du bonheur : un voyage philosophique

Philosophe, sociologue et historien des religions, Frédéric Lenoir est chercheur associé à l’EHESS et producteur de l‘émission «Les racines du ciel» sur France Culture. Ses ouvrages sont traduits dans une vingtaine de langues. Il a notamment publié Socrate, Jésus, Bouddha Trois maîtres de vie, Petit traité de vie intérieure et L’Âme du monde.

 

Vous pouvez aussi le trouver sous forme de livre audio aux éditions Audiolib.

Table:

PROLOGUE

  1. Aimer la vie qu’on mène
  2. Au jardin des plaisirs, avec Aristote et Epicure
  3. Donner du sens à sa vie
  4. Voltaire et l’imbécile heureux
  5. Tout être humain souhaite-t-il être heureux ?
  6. Le bonheur n’est pas de ce monde : Socrate, Jésus, Kant
  7. De l’art d’être soi-même
  8. Schopenhauer : le bonheur est dans notre sensibilité
  9. L’argent fait-il le bonheur ?
  10. Le cerveau des émotions
  11. De l’art d’être attentif… et de rêver
  12. Nous sommes ce que nous pensons
  13. Le temps d’une vie
  14. Peut-on être heureux sans les autres ?
  15. La contagion du bonheur
  16. Bonheur individuel et bonheur collectif
  17. Du désir à l’ennui : le bonheur impossible
  18. Le sourire du Bouddha et d’Epictète
  19. Le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu
  20. La joie de Spinoza et de Mâ Anandamayî

EPILOGUE

Notes et Bibliographie sélective

—————————————————————————————————————————–

J’espère-que-cet-article-vous-aura-été-utile1 copie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *