La chanson fait-elle réellement évoluer les consciences ?

Léo

Chanteurs engagés diront certains, chanteurs contestataires diront les autres, mais qu’elle soit écolo, politique ou sociale, la chanson engagée a toujours fait partie du paysage musical français et international.

Combien de fois avons-nous entendu ces chansons sans réellement les avoir écoutées ?

La chanson dénonce, critique, provoque, encourage, prend parti ou défend une cause.

Elle interpelle, remue, fait naître la polémique mais ne laisse généralement pas insensible ou indifférent.

  • Mais quelle motivation se cache derrière ce phénomène ?

Effet de mode, véritable envie de faire évoluer les consciences, de témoigner ou de transmettre un message, les événements de société, l’actualité sont-ils une source d’inspiration ou encore un marché porteur ?

  • Qu’est-ce qui motive réellement les artistes à s’engager dans un combat ?
  • L’engagement est-il personnel ou professionnel ?
  • Les artistes sont-ils utilisés comme la vitrine d’une cause à défendre, d’une association à représenter ou encore le moyen de récolter des fonds ?
  • L’indignation, la contestation, la révolte sont-ils des produits à fort potentiel marchant ?

D’hymnes révolutionnaires aux plaidoyers d’artistes contemporains, l’engagement des artistes existe depuis toujours.

Depuis sa création, la chanson n’a jamais vraiment arrêté de s’indigner, de s’engager.

La chanson c’est mise au service des combats idéologiques et des problèmes sociétaux.Dominique

  • En 1789, lors de la révolution française, un nouveau genre musical à part entière fait son apparition : la chanson engagée. Auparavant, l’engagement dans les chansons était rare, la musique n’était souvent que pur divertissement. C’est donc lors des événements de 1789 que les idées politiques des auteurs et compositeurs transparaissent véritablement dans leurs chansons.
  • En 1866, il y a eu le temps de cerises de Jean Baptiste Clément Une des plus belles chansons et poème de la langue française qui était un hommage éternel au communisme.
  • Puis en 1956, nous avons eu Serge Reggiani qui avec sa chanson « Le déserteur »
    nous a offert une mythique chanson antimilitariste écrite par Boris Vian et reprise bien des années plus tard par Renaud (à sa façon).
  • En 1969, nous avons eu notre anarchiste national Léo Ferré qui avec la chanson « Ils ont voté » écrite après les élections qui ont reconduit au pouvoir la droite très conservatrice en contradiction totale avec les événements de « mai 68 » qui venaient de secouer la France,
  • La même année Jean Ferrat chantait « Ma France »

Elle passe pour être l’une de plus belles chansons qu’il ait écrites.

Chanson engagée, chanson politique, c’est tout d’abord une déclaration d’amour à la France physique, dont les deux premiers couplets évoquent les paysages, avec quelques gros plans sur des lieux aimés (la Provence et son soleil, la Bretagne et ses genêts, l’Ardèche et sa bruyère)1. Mais aussi et surtout c’est une ode à un peuple combattant pour la liberté depuis Robespierre et Victor Hugo jusqu’à mai 19681. Jean Ferrat oppose la France des travailleurs et des valeurs républicaines de Liberté, Égalité, Fraternité à celle de Monsieur Thiers, qui réprima la Commune de Paris en 1871. Il reproche aux gouvernants du moment, auxquels il s’adresse par un « vous » anonyme mais derrière lequel on devine le chef de l’État de l’époque, Charles de Gaulle, d’usurper le prestige de la France, modèle de liberté pour le monde.

  • En 1972, Georges Brassens chantait « Mourir pour des idées », chansons reprise plus tard en autre par Maxime le Forestier.

Georges Brassens mettais en musique et interprétais en s’accompagnant d’une simple guitare ses poèmes.

  • En 1976, nous avons eu une chanson de Michel Sardou « Je suis pour ».

La chanson évoque le point de vue d’un père dont l’enfant a été assassiné, réclamant justice et vengeance ce dernier déclare : « Tu as tué l’enfant d’un amour, je veux ta mort je suis pour ».

La chanson suscite la polémique, Michel Sardou se voyant accusé de faire l’apologie de la peine de mort. Ce dernier s’en défend – sans véritablement parvenir à convaincre sur ce qu’était alors le sens de son propos – affirmant qu’elle n’évoque que la Loi du talion.

  • En 1977, le hard rock débarque dans l’hexagone, et il porte un nom: TRUST.

Europe-Et-Haine_cover_s200Issu du mouvement punk, dont il a toujours évité les clichés, le groupe connaît le succès grâce à son morceau Antisocial.

Malgré des censures intervenues dues à son engagement Trust est probablement le seul groupe français à avoir connu un succès international dans ce genre musical.

Ont pourrait aussi citer :

Yves Montand… Il fut communiste orthodoxe, puis antistalinien… Au fil des époques ses « combats » changèrent, jusqu’à sa fin de vie pleine de contradictions. « Mieux vaut un chanteur en Rolls qu’un fasciste en tank »… cela résume ce qu’il faut bien appeler un retour dans le rang…

Marc Ogeret… Il a chanté la Commune, l’anarchie, d’une façon générale toutes les chansons exprimant une radicalité contestataire..

Dominique Grange…qui avec notamment « A bas l’état policier » a symbolisé  « Mai 68… ».pochette-45t-2

Elle n’a jamais changé de répertoire et est revenue en 2013 avec notamment la chanson « Dégage! Dégage! Dégage! » ou « Détruisons le mur ! »

Politiquement, elle a soutenu Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2012

Mouloudji... Parallèlement à sa carrière de chanteur à texte « classique », ses rôles au cinéma, il fut toujours en avant sur les idées progressistes les plus avancées notamment en publiant de nombreux disques engagés  sur des thématiques révolutionnaires, pacifistes, antifascistes…

Maxime le Forestier… Dans les années post mai 68 il était le contestataire branché.

Henri Tachdjian dit Henri Tachan… Un chanteur engagé « classique »

Il a chanté notamment « La chasse » qui est d’une virulence rare et illustre le combat des « écolos » contre les chasseurs durant les années soixante-dix.

Renaud

Renaud Séchan… a lui marqué tout une génération avec son style et ses chansons qui marquées notre époque.

Des chansons comme « Hexagone » « ou c’est que j’ai mis mon flingue? » « Camarade bourgeois » « Société tu m’auras pas » resteront à jamais dans le répertoire de la contestation.

Ridan… de son vrai nom Nadir Kouidri, est un chanteur français né à Brou-sur-Chantereine (Seine-et-Marne), près de Chelles, le

Son premier disque sort en 2004 et s’intitule: Le Rêve ou la Vie 

« ah les salauds ! » est l’un des titres phares de l’album de Ridan, sorti le 10 avril 2012.

Vêtu d’un bonnet phrygien et d’un bas de pyjama, drapeau français en main, Ridan fait sa révolution et pousse un coup de gueule contre ces hommes qui stigmatisent les immigrés.

Il se fait chanteur de la chanson française vindicative, des mélodies douces et des mots comme il aime à le dire « rêches ».

——————————————–

Après les attentats qui ont touché la rédaction de Charlie Hebdo, les forces de l’ordre et les clientes de l’Hyper Cacher à Paris, les artistes français ont décidé de nous remonter le moral avec leurs cordes vocales.

On a vu fleurir tout un tas de chansons pour défendre Charlie et la liberté d’expression, et lutter contre le terrorisme.


bas-de-page-site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *